Histoire des 120 ans de la maison planes à saillagouse, ancien relais de diligence depuis 1895...

Historique de la maison planes depuis 1895 plus de 120 ans d'histoire entre l'hotellerie restauration et la famille planes 5 générations de planes au service des clients...
Ce qui frappe au prime abord chez Les Planes c’est l’accueil. Chaleureux, simple, sans prétention. Les Planes ont un vrai plaisir de vous recevoir chez eux. Vous n’êtes pas dans un endroit conventionnel, vous entrez dans une famille.
Faut-dire que depuis cinq générations ils ont du savoir-vivre.
DEPUIS 1885 UNE HISTOIRE DE FAMILLE….
L’histoire de notre famille débute par une belle rencontre. Celle de Joseph Planes, ex-séminariste et de Rose Braser qui devint son épouse.

Arrivant de Belver de Cerdagne en Espagne, ils tombèrent amoureux de la Cerdagne française et décidèrent de s’installer au Moulin d’Err.

Ainsi démarre la saga française de la famille PLANES… c’était il y a 120 ans !

Les meuniers se mirent au travail et la descendance suivit. Ainsi naquit Henri PLANES au moulin d’Err le 1er août 1876. Une fois le petit en âge d’être scolarisé, Rose et Joseph déménagèrent pour exploiter le moulin de Via. Ils livrèrent leur farine à presque toute la Cerdagne, et plus particulièrement à Odeillo, Font-Romeu et Eyne. Henri est scolarisé à Via.
Quelques années difficiles passent sans trop de résultats. Isolés durant les longs mois d’hiver, ils partirent en direction du moulin de Llo. Rose, travailleuse acharnée et Joseph, très instruit, pressentent que l’avenir est sur le gros village où passent les diligences. En 1893, la décision est prise : ils iront s’installer à Saillagouse.

Henri a terminé sa scolarité à Llo en passant le brevet d’études. Saillagouse voit arriver les Planes dans une vieille forge abandonnée. Ils louent – place de l’Eglise – une remise. Ils commencent à y servir des boissons. Les hommes y jouent aux cartes les après-midis. La proximité de l’église servant de prétexte, le curé et le maire les contraignent à déménager. A quelque chose malheur est bon ! C’est ainsi qu’en 1895, ils arrivent dans le « Carrer del mitx ». Le relais de diligence est ouvert ! La famille PLANES a enfin planté racines.

Henri PLANES tient cette remise faisant office de relais pour les deux diligences. L’une montante, l’autre descendante. qui assurent la liaison sur Perpignan et Latour de Carol.
Cette décennie voit l’efficacité et l’intensité des services s’accroître : foin à disposition pour les chevaux, outillage de remplacement entreposé et couchages aménagés dans un local sur la cour pour les passagers voulant faire halte à Saillagouse. L’on y cuisine des produits cerdans et capcinois : navets, choux… gibiers tués par quelques chasseurs. L’ollade – plat typique catalan à base de porc et de choux – y tient une place quotidienne.
En 1903, les travaux de construction de la voie de chemin de fer qui débutent, ne font pas peur aux aubergistes ! Il y a du travail donc de l’espoir…
Le 16 octobre 1906, Henri a 30 ans. Il épouse Bonaventure Giralt. De cette union, le 7 décembre 1907, naîtra leur fils unique Joseph. Tout est bien pour le moment.
L’année 1913 voit disparaître la diligence. C’est un coup rude qui est porté à leur commerce, d’autant que le train qui est le nouveau moyen de transport, apporte les voyageurs à l’autre extrémité du village.
Plutôt que d’abandonner, ils s’accrochent et pensent qu’il y a peut-être un avenir dans ce dont tout le monde parle tant : les automobiles ! Ils décident alors avec Joseph de s’implanter et déjà naquit l’idée de formation au métier très technique de cuisinier. Voilà Joseph parti à Perpignan en apprentissage. Tour à tour au « Casque d’Or » et au « Grand Hôtel de la Loge » où Monsieur Grand était venu s’installer. Deux ou trois ans plus tard, Joseph est de retour. Il apporte à cette maison l’identité de restaurant. Depuis, la famille PLANES a formé les siens auprès des grands chefs.

Le 9 novembre 1935, Joseph se marie avec Joséphine Soler, la fille de l’instituteur qui avait quitté ses études secondaires à Perpignan. Cette arrivée va donner une impulsion imprévisible à cette maison.
Avec Joséphine, le modernisme entre dans l’hôtel. Les points d’eau dans les chambres ainsi que le chauffage central sont installés. Le restaurant arrête le menu imposé et présente désormais un choix. Les tables et les nappages sont revus et corrigés ! En un mot, la conversion est faite. L’ex-relais de diligence s’est transformé en un hôtel restaurant performant. La période difficile de la 2ème guerre mondiale réduit considérablement les activités mais la maison subsiste. Le 1er mai 1942 est marqué par la naissance d’Henri, fils unique de Joseph et Joséphine. Il concrétise leur union. Il était temps !

La décennie suivante connaîtra la lente mais sûre progression d’une maison en constante amélioration. La clientèle se fidélise. Les époux PLANES prennent confiance et décident alors d’augmenter le nombre de chambres le portant à 12. Ces imposants travaux sont entrepris en 1958 alors que leur fils Henri confirme sa volonté de continuer le métier. Il réussit le 1er octobre 1957 le concours d’entrée de l’école hôtelière de Grenoble. Durant cette scolarité, Joseph et Joséphine améliorent chaque jour le quotidien des nombreux et fidèles clients qui le leur rendent bien. Les animations sont fréquentes avec des bals, des rifles, des soirées cartes, etc. Ils dynamisent l’établissement en pensant à l’avenir. 1963 sera également l’année de création du Rotary club de Font-Romeu Cerdagne. Nous avons d’ailleurs le plaisir d’en être le siège depuis. Après Grenoble puis Paris… la décision est prise, Henri revient au pays.

Il ne faut pas longtemps alors au trio Planes pour choisir la solution forte, celle d’acheter la ferme « Esteve » gérée par la famille Garette, qui est attenante à l’hôtel et qui est à vendre. Il faut l’acquérir ou quitter les lieux car aucune autre possibilité ne s’offrira. L’achat se fait en 1964.
Depuis 1963, Henri apporte des nouveautés apprises en cuisine. Techniques d’organisation, mise en place de plusieurs menus et carte traditionnelle… une véritable révolution dans les habitudes acquises à tous les niveaux. Venu de Paris où il travaillait au restaurant de la Tour Eiffel, Jean-Louis TRIBERT arrive une année plus tard – avec armes et bagages – pour rejoindre dans cette région du bout de la France, celui qui appliquait ici la conception d’une certaine cuisine qu’il aimait. Le partenariat se poursuivra durant trente cinq années. Deux ans plus tard, la salle de restaurant sera ouverte à la clientèle.

En 1965, le gaz amène la première touche de modernité dans la cuisine en remplaçant le charbon. Cette installation subira quelques modifications insignifiantes jusqu’à la transformation radicale de 1991.
1966 : Grand millésime – Henri épouse Raymonde Imbern le 19 février. Cette jeune fille habituée au dur labeur des champs opère une reconversion rapide et s’intègre avec efficacité dans ce sacerdoce familial : l’hôtellerie.
Le 13 mars 1968 : naissance du fils aîné, Jean-Luc. Les travaux de surélévation de la partie « Clerc » acceptés par Monsieur Joseph Clerc, au-dessus de sa maison, sont entrepris en mai 1968 – date mémorable – et amènent six chambres supplémentaires au confort deux étoiles NN.
Travail, travail quand tu nous tiens… Malgré cela, la famille a le temps de connaître la joie d’une deuxième naissance. Le 26 avril 1972 vient au monde le deuxième fils, Eric.

Même année, transformation de la partie garage, salle de bal en restaurant et salon coin feu, repos. Les enfants donnent de l’énergie. C’est ainsi qu’ Henri et Raymonde décident d’augmenter le potentiel « hôtel ». Ils envisagent, étudient puis réalisent la construction de l’annexe, « Le PLANOTEL ». L’ouverture se fait le 13 décembre 1973 offrant ainsi 20 chambres de plus en deux étoiles.
De 1973 à 1981, les années s’écoulent comme pour tout un chacun, avec joies et peines, avec plus ou moins d’intensité mais tout en gardant le cap. L’on parle alors des nouvelles normes, l’on commence à s’essouffler, il faut faire face à la décennie suivante qui laisse augurer une tempête dans le monde.

1982 : l’hôtellerie de papa, c’est fini ! La mise à niveau est décidée. « La vieille Maison Cerdane » entreprend une transformation fondamentale du bâtiment. De la cave au grenier tout est vidé sur quatre étages et reconstruit à neuf. Ces travaux débutés en 1982 s’achèveront en 1985. Les chambres sont réduites à 19 au lieu de 23. Le bas, est revu, corrigé et réorganisé en bar brasserie où est servi  » le plat du jour « , formule à succès. Un ascenseur dessert les étages. Le rez-de-chaussée est transformé. C’est reparti pour un tour !

L’hôtellerie se maintient, et nous arrivons ainsi dans la décennie suivante, celle qui verra la fin du siècle : les années 90. La clientèle apprécie ce changement et nous confirme par sa fréquentation accrue, le bien fondé de la réalisation de cette lourde opération.
Jean-Luc, le fils aîné, après l’école hôtelière et diverses étapes en cuisine comme Vanel à Toulouse, l’Echalote à Saint-Tropez, les stages chez nos confrères et amis Lormand, Bohigas etc… reprend à son tour la queue de la poêle marquant ainsi l’arrivée de la nouvelle génération. Entre temps, Eric est venu agrandir le cercle de famille au travail. Il vient compléter et épauler l’équipe dans les autres secteurs de l’entreprise. Sous son impulsion est créée la piscine d’été chauffée au printemps 1991.

Les nouvelles normes concernant les cuisines arrivent ! Et nous voilà dans l’obligation de transformer encore « le moteur » de cette maison.
1991 : rénovation totale, agrandissement et changement de matériel ! Les travaux avec les partenaires saillagousains débutent en septembre et se terminent comme prévu le jour de la réouverture fixé en décembre.

Octobre 1993 : Jean-Luc se marie avec Nathalie Berche et nous apporte en 1994 la joie de l’arrivée au monde de Clara, première fille chez les Planes depuis 4 générations ! Le fil conducteur des fils uniques chez les Planes est rompu… 1995 : l’année des 100 ans de la maison « PLANES » fêté comme il se doit par une messe du souvenir en l’église Sainte-Eugénie. Cette journée sera également marquée par la présence de la diligence comme à l’époque et promène les clients dans le village. La clôture de cette belle journée se fera autour d’un superbe buffet concocté par l’équipe au grand complet ainsi que par une soirée animée par Eric et Luky. Le temps suit son cour et la maison Planes se modernise d’année en année. En 1998, la pose d’une couverture sur la piscine du PLANOTEL – afin de pouvoir l’utiliser toute l’année – apporte un plus pour l’après-ski en hiver. Un sauna vient conforter les équipements mis à disposition de la clientèle. C’est au cours de cette année que Joséphine Planes dit « FIFI », nous quitte. Elle avait apporté à cette maison tant de choses dont un relationnel sans faille avec nos fidèles clients. Elle qui était promue à une carrière de professeur agrégée de français, a fait de sa vie un sacerdoce pour l’hôtellerie restauration. Le PLANOTEL est commercialisé sur un créneau de groupes hors-saison. Des séjours pour découvrir la Cerdagne et son territoire exceptionnel sont organisés avec l’aide de guides locaux afin de proposer une rentabilité moins saisonnière. L’équipe de cuisine se conforte avec la venue de Jean Tillot – ancien chef de chez Vanel à Toulouse – qui va prêter main forte à Jean-Luc pendant plus de 17 ans…

2000 : La décoration est totalement revue grâce au travail de Monsieur Rodriguez, artiste peintre. La façade de l’hôtel fait peau neuve avec une approche plus montagnarde. Elle donne envie de découvrir ce qui se cache à l’intérieur et nous apporte plus de clientèle.
Sandra, la deuxième fille de Jean-Luc et de Frédérique voit le jour en octobre 2001.

Grâce à sa qualité de prestation, le restaurant « La Vieille Maison Cerdane » se fait remarquer par les guides Michelin, Gault et Millau, Le Petit Futé, le Guide du Routard pour ne citer qu’eux ! C’est la confirmation d’une cuisine généreuse faisant la part belle aux spécialités « maison » et « catalane ». Le Caneton aux Raisins créé en 1950 par Joseph Planes devient le plat de référence incontournable. Le pied de porc désossé prend également une place importante dans la carte : il est aujourd’hui l’une spécialité de Jean-Luc Planes. L’ensemble de l’équipe de cuisine propose des desserts de qualité remis au goût du jour comme le le soufflé à l’orange, les crêpes Suzette, la glace aux pruneaux à l’armagnac… Eric se fiance avec Natacha Pirof vient agrandir le cercle familial en 2003. Elle apporte une nouvelle organisation sur la partie des achats marchandises et une nouvelle vision commerciale sur l’hôtel.

Nous sommes déjà plus que centenaires et les 110 ans se fêtent en mai 2005 ! Une belle journée durant laquelle nos clients vont participer à une soirée dansante en compagnie de toute la famille Planes et de son équipe autour de produits de qualités fournis par l’ensemble de nos fournisseurs. Cette fin d’année sera également marquée par la célébration du mariage de Christine et de Jean-Luc Planes.
C’est en avril 2006 que Cloé – la fille d’Eric et Natacha – vient au monde. L’arrivée d’une autre fille chez les Planes conforte encore plus la fin des fils uniques depuis plus de 100 ans ! Les années passent avec le lot d’investissements pour maintenir l’outil de travail en bonne qualité pour proposer à notre clientèle une prestation sans cesse améliorée. Le changement de notre chaufferie en 2008 par une chaudière dernière génération, moins gourmande en fioul et la pose de panneaux solaires pour une production d’eau chaude sanitaire marquent le point de départ de notre démarche environnementale. Nos achats sont réalisés dans ce même esprit de fabrications françaises, de produits respectueux de l’environnement et de circuits courts.

Juin 2009 : la famille Planes célèbre le mariage d’Eric et Natacha qui viennent ainsi conforter la saga aux commandes de cette maison familiale. C’est en décembre 2009 que notre brasserie est transformée avec une décoration plus traditionnelle mêlant le bois et la pierre. Cette mise en beauté donne un coup de pouce à cette activité avec une fréquentation qui ne cesse d’augmenter de mois en mois. Cela nous permet de prévoir la rénovation de l’ensemble des chambres de l’hôtel avec des travaux sur 4 ans : salle de bain, agrandissement des chambres et décoration entièrement revisités par Natacha et Raymonde Planes. Le chantier a été énorme durant 30 ans ! Mise en conformité et mise aux nouvelles normes, mise en sécurité incendie en 2010, démarche et labellisation tourisme et handicap en 2012, changement d’ascenseur en 2013, rénovation de notre buanderie avec du matériel moins énergivore et enfin création d’un espace « Bien-être » avec possibilité de massages et de soins.

Plus de cent vingt ans d’union sacrée entre la famille PLANES et cette hôtellerie familiale ! Cinq générations d’un noyau familial qui a résisté à l’érosion des exigences de ce métier.
Cependant, cette belle histoire n’aurait pu être écrite sans la fidélité de notre clientèle à laquelle nous rendons ici hommage.

C’est grâce à vous que cet établissement fait partie des quelques maisons plus que centenaires en France. Tous les membres de la famille PLANES sont heureux de vous accueillir, vous disent merci et « Per molts anys*» …
* Que ça dure

Comments are closed.

6 Place de Cerdagne 66800 Saillagouse - (+33) 04 68 04 72 08 - contact@chezplanes.com